Je suis une Argenteuillaise de 32 ans, mère de famille. C’est mon grand-père, le premier, qui s’est installé dans le Val d’Oise dans les années 60 pour y travailler comme ouvrier.

Née en 1985, j’ai suivi mes études dans le Val d’Oise, à l’Université de Cergy-Pontoise puis à l’Essec, où j’ai été diplômée en 2009 en management. J’ai choisi de m’installer à Argenteuil pour fonder ma famille et démarrer ma vie professionnelle dans le secteur privé, où j’ai occupé plusieurs fonctions au sein d’une entreprise de services à l’environnement.

Comme beaucoup de mes concitoyens, des années d’alternance entre partis politiques traditionnels de droite et de gauche m’ont lassée, à grands renforts d’effets d’annonce et de promesses non tenues.

Mon engagement en politique naît alors d’une prise de conscience. Celle qu’il est possible de faire de la politique différemment, au service des Français, dans un mouvement qui dépasse les clivages pour mener des politiques efficaces et c’est pourquoi j’ai rejoint le mouvement En Marche en 2016.

Début 2017, Emmanuel Macron alors candidat appelait les femmes à s’engager pour les élections législatives. J’ai avec beaucoup de femmes répondu à cet appel et aujourd’hui nous sommes 47% de députées à La République en Marche.