Des mesures pour soutenir les plus vulnérables

J’alerte depuis le début de cette crise sur la situation particulièrement exposée des personnes vulnérables : personnes sans-abri, personnes migrantes, familles précaires, parents isolés … J’ai fait plusieurs propositions concrètes, en lien avec les acteurs associatifs, et je me réjouis que certaines d’entre elles aient été mises en oeuvre. D’autres sont encore sur la table et je continue de les défendre, comme par exemple ma proposition d’allocation exceptionnelle de solidarité.

Voici un point sur les principales mesures engagées, qui s’appliquent également sur notre territoire du Val-d’Oise.

Prolongement automatique des droits

  • pour éviter les ruptures de droits, adaptations en matière d’ouverture et de prolongation des prestations versées aux personnes en situation de handicap, pauvreté, notamment les bénéficiaires de minima et prestations sociales, et aux personnes âgées
  • les titres de séjour des personnes étrangères sur notre territoire arrivant à échéance sont automatiquement prolongés ;

Soutien aux associations

  • création d’une réserve civique pour encourager le bénévolat et les solidarités. chacun peut donner un peu d’énergie, un peu de temps, pour que nous surmontions ensemble cette crise. J’invite chacun à se rendre sur la Réserve civique.
  • les associations employeuses bénéficient par ailleurs de toutes les mesures à destination des entreprises (chômage partiel notamment).

Accompagnement des personnes exclues et isolées

  • pour les personnes en situation de grande précarité : ouverture de places d’hébergement supplémentaires pour les personnes migrantes et personnes sans-abri. Près de 6 000 chambres d’hôtel ont été réquisitionnées, et 40 centres ouverts pour l’accueil des malades non graves.
  • distribution de 15 millions d’euros de chèques services aux personnes sans-abri. Ces bons alimentaires de 7 €/ par jour et par personne permettent à 60 000 personnes sans-abri d’acheter des produits de première nécessité.
  • mobilisation de 20 000 jeunes du service civique pour soutenir nos aînés isolés
  • soutien à l’aide alimentaire, qui concerne 5,5 millions de personnes, avec notamment l’élargissement de la possibilité à toutes les associations de collecter et distribuer des denrées alimentaires.

Soutien au pouvoir d’achat des ménages impactés

  • une prise en charge à 100% par l’État du chômage partiel (jusqu’à 4,5 SMIC) afin de permettre aux entreprises de maintenir l’emploi en attendant la reprise d’activité. Cela représente un effort de 8,5 milliards d’euros sur 2 mois.
  • versement anticipé des aides sociales, dès le 4 avril
  • possibilité pour les CAF de débloquer pour les familles qui en font la demande une aide financière individuelle d’urgence

Aide sociale à l’enfance

  • Nous avons voté, comme je le proposais dans ma tribune, l’interdiction de sortie des dispositifs de l’Aide sociale à l’enfance de chaque enfant atteignant sa majorité durant la période de crise du Covid-19.
  • Les débats nous ont également permis d’affirmer une nouvelle fois que tout jeune évalué mineur ou majeur sera mis à l’abri, soit par une prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance, soit via un hébergement d’urgence, durant cette même période de crise exceptionnelle.
  • Des mesures pour faciliter la garde d’enfants des personnels travaillant à la protection de l’enfance : les professionnels exerçant dans les établissements et services départementaux, publics et associatifs de la protection de l’enfance et de protection maternelle et infantile font partie depuis ce lundi des professionnels désignés prioritaires pour bénéficier de la garde d’enfantsde l’accès aux écoles et collèges, de l’accueil en crèche et de la scolarisation de leurs enfants.
  • Le 119, numéro d’appel pour l’enfance en danger, continue à être joignable 24/24 et 7jr/7 ; les appels d’enfants restent prioritaires. L’ensemble des écoutants du 119 restent mobilisés pendant la crise. Il n’y aura pas d’interruption du service.

Je salue ces mesures indispensables et reste mobilisée pour renforcer notre action et nos mécanismes de solidarité, plus nécessaires que jamais.

Partagez cet article !