Prime exceptionnelle de fin d’année : il est encore temps !

En fin d’année, nous avons voté à l’Assemblée nationale des mesures visant à apporter en urgence du pouvoir d’achat supplémentaires pour ceux qui travaillent, et qui pourtant n’arrivent pas toujours à terminer le mois. Parmi ces mesures, nous avons beaucoup parlé de l’augmentation de la prime d’activité qui permet à un salarié au SMIC de toucher 100 euros de plus par mois, ou encore de la défiscalisation des heures supplémentaires.

Mais peut-être faites-vous aussi partie des centaines de milliers de salariés (plus d’un million d’après Europe 1) qui devraient bénéficier de la prime exceptionnelle de fin d’année ? 

Une prime sans charge ni impôt pour les entreprises afin qu’un euro versé par l’employeur soit un euro dans la poche du salarié. 

Employeurs, c’est une bonne occasion de récompenser l’engagement de vos salariés !

Cette prime exceptionnelle fait partie des mesures d’urgence votées en fin d’année

Prime exceptionnelle : jusqu’à 1000 euros pour un salarié gagnant jusqu’à 3 fois le SMIC

Le principe est simple : les entreprises peuvent verser jusqu’au 31 mars une prime exceptionnelle, sans charge ni impôt jusqu’à un montant de 1 000 euros, à leurs employés gagnant jusqu’à 3 fois le niveau du SMIC.

Les employeurs peuvent verser jusqu’au 31 mars 2019 cette prime exceptionnelle. Il est bien sûr possible de verser plus de 1000 euros, mais au-delà de ce montant les sommes versées sont soumises aux charges et à l’impôt sur le revenu.

Cette prime est donc une prime qui ne coûte rien à l’État, et ne grève pas les finance publiques.

Comment verser cette prime ?

Jusqu’au 31 janvier, cette prime peut être versée de manière unilatérale par l’employeur. A partir du 31 janvier et jusqu’au 31 mars, il sera nécessaire de passer par un accord d’entreprise.

Tous les détails pour la mise en place de cette prime exceptionnelle sont disponibles ici.

Les entreprises qui jouent le jeu

De nombreux groupes ont d’ores et déjà annoncé verser une prime exceptionnelle de fin d’année, suite au vote de cette mesure par l’Assemblée nationale.

Total, BNP Paribas, la Banque populaire, le Crédit Mutuel, mais aussi L’Oréal, Free, SFR, Publicis ou Sanofi ont versé 1.000 euros à leurs collaborateurs. D’autres groupes ont annoncé versé une prime, comme AXA, Allianz ou Groupama.

Une prime qui n’est pas réservée qu’aux salariés des grands groupes : exemple à Bezons

Cette prime est ouverte à l’ensemble des salariés du secteur privé, et donc bien sûr aux nombreux citoyens qui travaillent dans les petites et moyennes entreprises.

A Bezons, par exemple : j’ai rencontré l’entreprise d’électricité MONCELEC, qui a choisi de faire bénéficier ses 12 salariés de cette prime exceptionnelle. Je félicite son dirigeant M. Leroux qui récompense ainsi l’engagement de ses collaborateurs, qui participent chaque jour au succès de son entreprise.

C’est par ailleurs un des sujets que j’ai abordés lors de mon intervention devant 80 chefs d’entreprises du Val d’Oise cette semaine : entrepreneurs, chefs d’entreprises – restons tous ensemble mobilisés !

Au déjeuner des adhérents de l’ADPAVAB et du MEEVO, lundi 21 janvier

Mon alerte sur le cas des particuliers employeurs

Au-delà des entreprises, il me semble important que les particuliers employeurs qui le souhaitent puisse eux aussi verser cette prime à leurs employés. Et cela d’autant plus que, souvent, ces employés qui font des métiers utiles – garde d’enfants, accompagnement de personnes âgées, ménage … – sont de femmes qui travaillent dans des conditions difficiles (temps partiel, salaire minimum légal …).

J’ai donc alerté le gouvernement à ce sujet, via une question écrite que vous pourrez consulter ci-dessous.

Jusqu'au 31 mars les employeurs ont la possibilité de verser une prime exceptionnelle à leurs salariés, sans impôt ni…

Publiée par Fiona Lazaar sur Lundi 14 janvier 2019

Partagez cet article !