Enfants placés : stop à la double peine !

Un constat d’échec insupportable ! C’est la double peine pour ces jeunes : à une enfance difficile s’ajoute une insertion sociale et professionnelle semée d’embûches avec, trop souvent, une grande précarité à la clé.

Ce reportage pointe par ailleurs un chiffre dont j’avais pu vous parler : 1 SDF sur 4 a eu un parcours à l’aide sociale à l’enfance.

Cela montre bien qu’il faut s’attaquer au sujet de la pauvreté dès la racine et porter une attention plus particulière à ces jeunes vulnérables pour éviter ce que l’on appelle les “sorties sèches”, c’est à dire le moment où une prise en charge ou un accompagnement s’interrompt brutalement.

Ayant moi-même vécu avec des parents qui accueillaient des jeunes, j’ai mesuré concrètement ces difficultés.

C’est tout l’enjeu des mesures du plan pauvreté auquel j’ai contribué en présidant un groupe de travail sur l’insertion des jeunes :

➡️objectif de 0 sortie sèche pour les jeunes de l’aide sociale à l’enfance grâce à une meilleure articulation entre l’action du département et celle de l’État.

C’est un objectif que je porte par ailleurs aux côtés de la Présidente de la Commission des Affaires Sociales Brigitte Bourguignon à travers une proposition de loi qui j’espère aboutira positivement.

Partagez cet article !