Carburants. Parlons-en.

Alors que des mobilisations sont prévues ce samedi en réaction à l’augmentation du prix des carburants, il me parait important de revenir sur ce sujet qui touche au quotidien de très nombreux Français et sur les mesures dévoilées pour mieux accompagner cette nécessaire transition.

Crédits TDR

Pourquoi le carburant augmente ? 

Depuis quelques semaines, vous l’avez constaté comme moi, les prix à la pompe ont augmenté. Ces augmentations, elles sont dues à 75% à l’augmentation des cours de pétrole : depuis 2016, le prix du baril a quasiment triplé. 

Le reste de l’augmentation – environ un quart – est lui du aux taxes et à la taxe carbone, qui a pour objectif d’inciter à réduire notre consommation d’énergie et notamment de réduire la part du diesel en supprimant un avantage fiscal alors que, on le sait, le diesel pollue davantage.

Ces taxes, qui représentent une enveloppe d’environ 34 milliards d’euros elles financent notamment la transition énergétique (7 milliards d’euros sont directement fléchés) mais aussi le budget général de l’État, et c’est ce qui permet – par exemple – de baisser la fiscalité sur le travail et d’augmenter le salaire net des Français

Je comprends l’émotion que suscite cette grimpée des prix. Il faut écouter, et entendre, la colère même que cela peut engendrer chez certains Français et il faut respecter leur droit à l’exprimer. Mais, aussi, respecter l’ordre public et le droit des Français qui souhaitent pouvoir se déplacer ce samedi.

Quand l’opposition carbure à l’instrumentalisation politique 

En revanche, je ne me résous pas à accepter la malhonnêteté et l’instrumentalisation de cette émotion qui est faite actuellement par certains responsables politiques. 

Il est un peu trop facile d’appeler la transition écologique de ses voeux sans assumer derrière ce qu’elle veut concrètement dire.

QAG | Décarboner l'économie

Lorsqu'on dit qu'il faut décarboner l'économie, tout le monde est d’accord. Mais quand on applique ces beaux principes sur l'utilisation de l'essence ou du gazole, c’est plus difficile à assumer. Nous, nous prenons nos responsabilités.

Publiée par Édouard Philippe sur Mardi 23 octobre 2018

La transition écologique ne se fait pas avec des bonnes intentions

Les Français sont conscients de l’urgence environnementale, et ils appellent d’ailleurs de leurs voeux un renforcement des mesures. La transition écologique ne se fera pas avec des bonnes intentions et des déclarations mais avec des mesures concrètes qui, oui, vont nous demander de nous adapter.

C’est pourquoi il est important de maintenir le cap que nous nous sommes fixés et de respecter les engagements que nous avions pris en matière d’alignement des prix entre le diesel et l’essence. 

L’enjeu, maintenant, c’est celui d’accompagner efficacement les Français dans cette transition et je constate que sur ce volet-là, les oppositions sont bien plus silencieuses. 

Des mesures pour mieux accompagner les Français

C’est pourquoi, au-delà des dispositifs déjà existants, le Premier ministre a annoncé de nouvelles mesures pour accompagner les Français, avec un plan de plus d’un demi milliard d’euros.

  • pour accompagner les Français qui se chauffent au fioul, le montant du chèque énergie est augmenté de 50 euros et étendu à 2 millions de nouveaux bénéficiaires. Au total, ce sont près de 6 millions de Français qui vont ainsi en bénéficier. 
  • pour accompagner les automobilistes, la prime à la conversion est renforcée. Elle a déjà permis, en 17 mois, de financer le changement de 280 000 véhicules. Nous allons financer avec la prime à la conversion le changement de 1 million de véhicules sur le quinquennat. Pour les ménages les plus modestes, cette prime sera doublée et pourra atteindre 4 000 euros.
  • pour les ménages qui roulent beaucoupnous améliorons le barème kilométrique qui permet des défraiements. Pour un célibataire qui gagne 2 300 euros par mois, cela représente +80€/an. 

Nous aurons d’autres rendez-vous important à l’avenir sur ces sujets, avec notamment la prochaine loi d’orientation sur les mobilités. Gageons que ces mêmes oppositions sauront alors user des arguments contraires de ceux qu’ils utilisent aujourd’hui.

Nous, nous continuerons d’agir dans la constance, et dans la cohérence pour garder le cap tout en accompagnant et écoutant davantage les Français. C’est notre ambition et c’est aussi cela, faire de la politique différemment.

Partagez cet article !