Quartiers : une ambition en actions

Le 22 mai dernier, le Président de la République dévoilait une ambition et une méthode nouvelles pour les banlieues.Pas de “grand plan” ou de “grand soir”, mais des initiatives concrètes à porter avec les acteurs de terrain qui connaissent les difficultés vécues par les habitants de ces quartiers, et souvent esquissent les solutions.

Cette mobilisation en faveur des quartiers et des banlieues, elle poursuit trois objectifs : garantir les mêmes droits aux habitants des quartiers, favoriser l’émancipation, et “faire République”.

Concrètement, cela veut dire que, où que l’on naisse en France, on doit avoir accès aux mêmes choses : à l’éducation, à la sécurité, à l’emploi, aux services publics …

Des avancées concrètes

  • sur l’éducation, avec le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les zones d’éducation prioritaire. L’année dernière 14 classes ont été concernées à Argenteuil. A la rentrée prochaine de 2018, ce sont 130 classes qui seront concernées à Argenteuil et Bezons. Une mesure qui apporte des résultats et est saluée par les enseignants. 
  • sur l’emploi, avec le lancement de l’expérimentation des emplois francs, ou bien du Plan 1000 jeunes à Argenteuil, la mobilisation de 2 milliards d’euros dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences, ou encore la mobilisation des entreprises pour lutter contre les discriminations à l’embauche.
  • sur le logement, avec un budget sanctuarisé de 430 millions d’euros par an pour la politique de la ville, le doublement des crédits de rénovation urbaine qui passent de 5 à 10 milliards d’euros, des mesures pour lutter contre les marchands de sommeil, l’habitat insalubre, et pour rendre plus objectives et transparentes les attributions de logement …

Cette mobilisation en faveur des quartiers, elle doit associer les acteurs de terrain : les habitants, les associations, les administrations, les élus, les entreprises …

Ainsi, la semaine dernière, les ministres Jacques Mézard signaient des engagements avec les entreprises, associations et les acteurs du logement.

Cette semaine, j’étais à l’Elysée à l’occasion du lancement par le Président de la République d’une grande mobilisation des entreprises pour les quartiers. Arrêtons de séparer l’économique et le social : les entreprises ne portent pas qu’une ambition économique !

Les choses sont en route, et les 30 000 places de stages pour les élèves de 3e que le Président avaient annoncées le 22 mai ont déjà été trouvées pour être proposées aux jeunes l’an prochain. Loin d’être anecdotique, c’est une vraie avancée car cette première expérience du monde professionnel est souvent déterminante pour les jeunes.

Il faudra par ailleurs continuer de travailler à la lutte contre les discriminations, qui est un vrai enjeu pour les jeunes notamment issus des quartiers. Progressivement à partir de cette année, les 120 plus grosses entreprises françaises seront ainsi testées sur leurs pratiques de recrutement.

Le chemin est encore long, mais ces avancées sont encourageantes. J’attends par ailleurs beaucoup du “plan pauvreté” qui doit être annoncé à partir de la rentrée, et pour lequel j’avais remis des propositions dans le cadre de la mission qui m’avait été confiée par la ministre des solidarités et de la santé. Ce plan, s’il ne s’adresse pas spécifiquement aux habitants des quartiers, devra apporter tout de même des réponses aux difficultés que les habitants rencontrent au quotidien, notamment concernant la formation et l’emploi.

Partagez cet article !