Pour les quartiers prioritaires, une mobilisation nationale !

Le Président de la République, le 22 mai dernier, a présenté des mesures et une vision nouvelle pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Il n’est pas acceptable qu’il soit plus compliqué pour les habitants de ces quartiers d’avoir accès aux soins, à l’éducation ou à l’emploi. Il est temps de passer de droit formels à des droits réels, et pour cela il sera nécessaire aussi de s’appuyer sur les acteurs de terrain : le monde associatif, mais aussi les acteurs économiques qui doivent prendre leur pleine part.

L’État, les associations, les entreprises : il faut une mobilisation générale pour les quartiers

Cette mobilisation générale, c’est la condition pour que nous puissions enfin rompre les déterminismes et aller vers une société de l’émancipation.

C’est pourquoi nous étions réunis hier au Ministère de la Cohésion des Territoires : élus, associatifs, entreprises, monde HLM, membres du Conseil National des Villes … Trois axes importants de travail ont été engagés : appuyer les associations qui sont le coeur des quartiers, engager les entreprises dans un pacte avec les quartiers, et enfin accélérer le nouveau programme de renouvellement urbain (NPRU).

Un engagement fort de l’État

Le Ministre Jacques Mézard a réaffirmé l’engagement de l’État avec un budget sanctuarisé sur le quinquennat de 430 millions d’euros par an.

Il a, par ailleurs, annoncé :

  • un partenariat national entre l’État et le monde associatif avec un budget de15 millions d’euros par an dès l’année prochaine pour mieux accompagner les acteurs de terrain,
  • la création de 1000 postes de médiateurs sociaux financés par l’État, 
  • et le renforcement des aides de l’État pour l’emploi associatif à travers le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation prioritaire. 

La signature d’un “PAQTE” avec les entreprises

Les acteurs économiques ont un rôle clé à jouer, j’en suis convaincue, pour les banlieues. La signature cette semaine d’un Pacte Avec les Quartiers pour Toutes les Entreprises (PAQTE) est à ce titre une très bonne nouvelle.

Signé avec le MEDEF et 3 premières entreprises, le PAQTE apporte des engagements concrets :

  • sur l’accès à l’apprentissage avec la mise en place d’un quota minimum de 5% des effectifs en alternance,
  • sur les stages de 3e, avec la mise en place de partenariats avec les collèges de QPV pour le recrutement de 15 000 stagiaires cette année,
  • mais aussi sur le recrutement, les politiques achats, la lutte contre les discriminations

L’enjeu est de renforcer le lien entre les entreprises, les associations et les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

3ème chantier : la relance de la rénovation urbaine

Enfin, le Président l’avait annoncé, les crédits de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine vont être doublés, et passer de 5 à 10 milliards d’euros. Une convention a ainsi été signée entre l’État, l’ANRU et Action Logement, pour relancer la rénovation urbaine.

Je reste pour ma part mobilisée sur ces enjeux avec notamment à Argenteuil un projet qui me tient à coeur : le lancement d’un Plan 1000 jeunes. Expérimenté sur 4 territoires dont Argenteuil, il vise à permettre de faire le lien entre des jeunes éloignés de l’emploi et des entreprises du territoire, sur la base de techniques de recrutement différentes qui valorisent les parcours et les savoir-être plus que les diplômes et expériences professionnelles.

Partagez cet article !