Journée internationale des droits des femmes : ce qui doit changer !

Le 8 mars, c’est la journée internationale des droits des femmes. Alors que l’égalité entre les femmes et les hommes est la grande cause nationale du quinquennat, le point sur ce qui doit changer.

(C) TDR

Depuis un an, les choses ont commencé à bouger. Il était temps !

Les femmes sont mieux représentées en politique, avec un Parlement qui s’est largement féminisé. La parole s’est libérée : il n’est désormais plus possible de dire, “je ne savais pas”. La question de l’égalité salariale est davantage présente dans le débat public.

Après cette prise de conscience, il faut maintenant passer à l’acte 2 : l’action. Cela veut dire, une mobilisation de la société tout entière qui doit se poursuivre, faire respecter la loi et quand c’est nécessaire, la faire évoluer et créer de nouveaux dispositifs.

Le 21 mars, un projet de loi dédié sera dévoilé en Conseil des Ministres. Mais dès aujourd’hui, le gouvernement a annoncé une cinquantaine de mesures fortes pour renforcer l’égalité entre les femmes et les hommes.

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, je veux revenir sur 3 enjeux qui sont particulièrement importants à mes yeux : la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, l’égalité professionnelle, et la promotion d’une “culture de l’égalité”. 

Lutter contre les violences faites aux femmes

Une femme décède tous les 3 jours sous les coups de son conjoint. En 2016, plus de 60 000 viols ou tentatives de viol ont été déclarés. C’est dire l’urgence d’agir.

Les principales mesures annoncées aujourd’hui : 

  • 5 000 places d’hébergement seront créées en 2018 pour accueillir les femmes victimes de violence, et certains centres seront spécialisés pour l’accueil et la mise en sécurité des demandeuses d’asile victimes de violences ou de traite ;
  • une plate-forme de géolocalisation en temps réel des places disponibles en hébergement pour les femmes victimes de violence sera créée ;
  • des contrats locaux contre les violences seront établis dans les départements pour permettre aux acteurs (élus, associations, police, travailleurs sociaux, hôpitaux …) de partager leurs informations pour identifier plus efficacement les violences conjugales et familiales …

Lutter contre les violences passera aussi par d’autres mesures, sur lesquelles nous travaillons comme l’interdiction du harcèlement de rue, ou encore de nouvelles protections pour les enfants victimes de violences sexuelles.

En finir avec les inégalités dans le monde du travail

Le constat est incroyable : à poste équivalent, les femmes gagnent 9% de moins que leurs collègues masculins. Les femmes sont davantage à temps partiel, et très peu représentées dans les postes de direction : il est temps que cela change !

La loi interdit déjà aujourd’hui les écarts non justifiés de salaire. Mais elle n’est pas respectée faute de contrôle. Les principales mesures annoncées aujourd’hui : 

  • les sanctions seront renforcées : jusqu’à 1% de la masse salariale ;
  • les contrôles de l’inspection du travail seront désormais 4 fois plus fréquents ;
  • un logiciel pour détecter les écarts de salaire injustifiés sera développé  …

D’autres mesures sont également prévues, comme par exemple l’ouverture des mêmes droits à la formation pour les salariés à temps partiels, une mesure qui bénéficiera particulièrement aux femmes, plus souvent à temps partiel.

Promouvoir la culture de l’égalité

La culture de l’égalité, cela veut dire notamment arrêter de penser que certains métiers, certaines formations, ne sont pas accessibles aux femmes. C’est aussi mettre fin à des stéréotypes qui sont d’un autre âge : oui les femmes peuvent travailler et être maman, s’habiller comme elles le souhaitent … Ce travail de promotion de la culture de l’égalité, pour être efficace, il doit commencer tôt, dès l’école.

Les principales mesures annoncées aujourd’hui :

  • dans chaque établissement scolaire, un référent Egalité sera nommé ;
  • objectif de 40% de filles dans les filières scientifiques du supérieur d’ici 2020 ;
  • objectif de 30 à 50% de femmes dans la Grande Ecole du Numérique, qui donne des formations aux jeunes sur les métiers d’avenir ;
  • un réseau national de mentorat sera créé pour augmenter le nombre de cheffes d’entreprise …

Le 8 mars, c’est toute l’année !

Le 8 mars est une journée très importante, et je salue ces différentes mesures qui vont dans le bon sens. Mais l’égalité entre les femmes et les hommes doit être un travail quotidien ! Sur le terrain à Argenteuil et Bezons beaucoup d’acteurs sont mobilisés tous les jours et font d’ailleurs un travail précieux : les associations, les pouvoirs publics, mais aussi des entreprises qui s’engagent pour la parité, des professeurs qui soutiennent leurs étudiantes qui souhaitent se diriger vers des carrières et des métiers réputés masculins …

C’est notre mobilisation à toutes et tous qui doit nous permettre, dans un an, pour la prochaine journée internationale des droits des femmes de nous dire : “les choses se sont améliorées”.

Je compte sur vous et vous pouvez compter sur moi !

Partagez cet article !